vendredi 21 septembre 2018

Charlotte Adam - Tuer n'est pas vivre




Résumé

New-York, de nos jours. Depuis des années Wade mène une vie où l’argent et le sang se mêlent quotidiennement.
Une vie dans laquelle aucune attache n’est possible, et où la fin peut survenir à tout moment. Wade l’a accepté depuis longtemps. Lorsqu’il renoue le contact avec un vieil ami, restaurateur italien membre de la mafia et père de la jeune et fantasque Marina, Wade est entraîné dans des milieux qu’il connaît bien mais où cette fois sa vie ne sera pas la seule en jeu. Danger et manipulation ne viennent pas forcément de là où on les attend et, quand l’attirance se mêle au doute, Wade devra choisir entre ce que lui dicte son instinct et un ultime désir d’une autre vie.

Mon avis

Ce n’est pas l’ambiance de New-York que je retiendrai dans cette histoire mais plutôt l’ambiance de l’Italie.
Je m’y suis sentie chez moi avec l’odeur de la pizza et des pâtes italiennes. Sans oublier la chaleur humaine et joviale propre aux italiens.  Tony immédiatement m’a fait penser au restaurateur de « La Belle et le Clochard ».

L’ambiance du « Parrain » est omniprésente avec ses mafieux, ses rendez-vous glauques, et ses contrats sur des têtes.

Wade est un héros à la tête froide. Attachant d’emblée bien que blessé.
Pour se faire soigner en toute sécurité, il se rend chez Tony, son ami. Marina sa fille, l’Italienne dans toute sa splendeur, style Gina Lollobrigida va le soigner avec un plaisir évident. Amoureuse de lui depuis son adolescence, elle ne manquera pour rien au monde cette occasion.
Mais Wade n’a pas une vie où une femme a sa place d’autant que la jeune fille est beaucoup plus jeune que lui et Tony ne voit pas du tout d’un bon œil le rapprochement qui pourrait avoir lieu. En bon père de famille Italien, il veille à la réputation de sa fille chérie. S’il savait …

Tout va se compliquer quand Marina va être en danger, parce qu’il faut bien avouer que les chiens ne font pas des chats et l’adage bien connu a ici tout sa signification.

A qui faire confiance ?
Devant la froideur et le calme de Wade qui accomplit ses missions sans sourciller, Marina se pose des questions.  Qui est-il vraiment ?
J’ai bien aimé l’apprentissage des armes à feu et je salue la précision de l’auteur pour ne pas rater sa cible en nous expliquant le maniement, la position, la respiration.

Courses poursuites, guerre des gangs, jalousies, tous ces ingrédients distillés avec brio par l’auteur vous oblige à tourner les pages pour connaître la fin.

A bout de souffle, vous vous demandez comment cette histoire va-t-elle finir ?

Mais est-ce vraiment fini ?

Même si j’ai eu plaisir à découvrir « Tuer n’est pas vivre » et même si le héros est attachant, n’oublions pas que le titre de cette histoire à lui tout seul veut tout dire. Je ne peux m’empêcher de le souligner.

Mais vous en redemanderez, parce que malgré tout, un héros, beau gosse, qui manie les âmes à la perfection peut aussi avoir une âme de gentil…



Aucun commentaire:

Publier un commentaire